Mars/Avril 2016

L’initiative Débat de WATHI bénéficie du soutien financier de la Fondation Open Society Initiative for West Africa.

En savoir plus

WATHI compte sur votre générosité pour continuer sa mission au service de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique.

En savoir plus

Comment favoriser la création d’emplois pour les jeunes en Afrique de l’Ouest ?

  • Parce que que le taux de chômage chez les jeunes dans les pays d’Afrique de l’Ouest est déjà trop élevé.
  • Parce que l’Afrique de l’Ouest est en train de connaître une explosion démographique de la population jeune. Selon le Population Reference Bureau, il y a plus de 100 millions de jeunes dans la région, ce qui représente un tiers de la population totale, sachant que ce chiffre atteindra 218 millions d’ici 2050. Il y a 22,6 millions de jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année. D’ici 2050, il devrait y en avoir 47 millions. Cette main d’oeuvre jeune représente un facteur potentiel de développement économique pour l’Afrique de l’Ouest mais l’explosion démographique génère également nombre de défis redoutables.
  • Parce que  la croissance économique des pays d’Afrique de l’Ouest n’a jamais été aussi forte et que la nature des emplois des jeunes est en constante évolution. L’insuffisance de la création d’emplois représente une sérieuse barrière au développement économique. Selon la Banque Africaine du Développement, les pays africains font partie des économies émergentes les plus dynamiques dans le monde en 2016 (8.5% en Côte d’Ivoire, 6% au Nigeria, 5% au Sénégal).
  • Parce que  lorsqu’il n’y a pas de travail et peu d’espoir pour un futur meilleur, les jeunes peuvent désespérer et le risque pour eux de tomber dans une spirale de violence, de radicalisme et d’implication dans le crime organisé s’accroît. Même si la majorité des groupes violents sont guidés par une certaine idéologie, le manque de travail et de perspectives rend le recrutement de nouveaux combattants beaucoup plus facile. En travaillant davantage à créer les conditions pour des emplois stables à leur jeunesse, les Etats de la région stimuleront non seulement leur économie, mais ils permettront aussi aux générations futures de ne pas sombrer dans la violence.
  • Parce que  les jeunes d’aujourd’hui sont aussi les leaders de demain. Même ceux qui ont bénéficié d’une bonne éducation se retrouvent trop souvent bloqués dans des emplois sans débouchés avec peu d’occasions d’utiliser toutes leurs compétences. Les premiers emplois de qualité permettent aux jeunes travailleurs de se former puis de faire une bonne carrière.
  • Parce que  fort taux de chômage ou de sous-emploi encourage beaucoup de jeunes à risquer leur vie à la recherche d’un emploi à l’étranger. Il s’agit ici des jeunes travaillant dans le secteur informel dans leur pays d’origine. Garder nos jeunes en Afrique de l’Ouest peut donc sauver beaucoup de vies.
  • Parce que  le chômage des jeunes n’est pas seulement un problème en Afrique de l’Ouest et que les stratégies développées ici peuvent être utilisées pour combattre ce fléau dans le monde entier. En effet, des taux de chômage élevés apparaissent tout au long de l’échelle des revenus. Selon l’OCDE, en 2013, l’Italie, l’Espagne et l’Afrique du Sud avaient tous des taux de chômage chez les jeunes dépassant 50%. En Espagne, ce problème a causé d’importants mouvements sociaux sous les Indignados (Indignés), qui se sont ensuite transformés en parti politique sous le slogan de Podemos (Nous Pouvous), le troisième parti le plus représenté au Parlement.

Facteurs politiques et macro-économiques

  • Quels sont les facteurs structurels dans l’économie qui peuvent expliquer les taux de chômage élevés? Comment s’y attaquer?
  • Les pays de la région ont-ils fait des choix de stratégie de croissance économique qui leur permettront de faire baisser leur taux de chômage ?
  • Peut-on imaginer une stratégie nationale type adaptée à la région qui permette de combattre le chômage ? Quel est le rôle éventuel des partenariats entre acteurs publics et secteur privé dans une telle stratégie ? Quelles sont les politiques publiques récentes qui ont permis de créer des emplois dans la région ?
  • Quelles sont les organisations (nationales et internationales) qui sont spécialisées dans la lutte contre le chômage et sont-elles efficaces? Comment pourraient-elles obtenir de meilleurs résultats ?
  • Quels sont les secteurs de l’économie qui sont caractérisés par un déficit de travailleurs et qu’est-ce qui peut être fait pour orienter les jeunes vers ces secteurs ? Certains secteurs de l’économie créent-ils davantage d’emplois que les autres et les gouvernements peuvent-ils en tirer des leçons pour les secteurs qui génèrent peu d’emplois ?
  • Comment peut-on changer les lois relatives à l’emploi pour rendre plus facile l’embauche de jeunes travailleurs?
  • Existe-t-il des facteurs internationaux qui empêchent les Etats de la région de combattre plus efficacement le chômage des jeunes?
  • Le secteur privé joue-t-il son rôle de principal créateur d’emplois dans les économies nationales et comment encourager les entreprises à faire plus pour la formation et l’emploi des jeunes ?

Education

  • Des réformes profondes sont-elles nécessaires pour que les générations futures soient à la fois capables de lire et écrire, tout en acquérant des savoir-faire spécifiques qui seront requis par les employeurs ?
  • Comment combler le gouffre entre la formation universitaire et le monde du travail afin que les universités enseignent aussi les compétences requises par les entreprises ?
  • Des cours d’entreprenariat individuel devraient-ils être incorporés dans le curriculum universitaire et, si oui, comment le faire ?

Formation professionnelle

  • Quels sont les types de formation professionnelle qui sont porteurs pour le secteur privé en Afrique de l’Ouest et quels changements doivent être introduits dans le système d’éducation et de formation ?
  • Le secteur privé peut-il jouer un rôle plus important dans la formation professionnelle et l’apprentissage dans les pays de la région?

Chômage de jeunes hautement qualifiés

  • Quelles réformes devraient être mises en place pour que les jeunes hautement qualifiés puissent trouver un emploi en accord avec leur niveau d’éducation ?
  • Une mise en valeur des stages (rémunérés et non rémunérés) peut-elle faciliter l’insertion professionnelle des jeunes ? Si c’est le cas, quel type de stage serait le plus bénéfique ?

Chômage urbain et chômage rural

  • Y a-t-il une différence entre le taux et la nature du chômage dans les villes et dans les zones rurales ? Quelles politiques mettre en place pour combattre le chômage et le sous-emploi dans les zones rurales?

Secteur informel

  • L’emploi dans le secteur informel doit-il être formalisé et si oui, comment?
  • Quels sont les préjugés associés à l’emploi dans les activités informelles et comment peuvent-ils influencer le bien-être des jeunes employés dans ce secteur?
  • Existe-t-il des politiques publiques pour soutenir les marchands ambulants et autres travailleurs informels ?

Facteurs culturels

  • Certains facteurs culturels peuvent-ils expliquer le fort taux de chômage et de sous-emploi des jeunes dans la région ? Se développe-t-il une culture qui ne favorise pas la recherche de travail chez les jeunes ?
  • Une mise en valeur de l’entreprenariat et du travail indépendant suffit-elle à réduire le chômage des jeunes ? Comment promouvoir une culture de la création de « start-up » ?

Genre

  • Quelles sont les différences en matière de chômage et de sous-emploi entre les hommes et les femmes? Les possibilités d’emploi sont-elles plus réduites pour les jeunes femmes que pour les jeunes hommes ?
  • Quelles stratégies et quels changements culturels encourager pour faire augmenter le taux d’emploi des jeunes femmes?
  • Les contributions des experts des questions débattues sont bienvenues mais les observations, témoignages, points de vue et propositions de tous les citoyens le sont tout autant.
  • Nous souhaitons recevoir en particulier des articles qui font référence à un ou des pays précis, s’appuient sur des exemples et qui font émerger des propositions de réforme.
  • Vous êtes également invités à envoyer une courte interview audio/vidéo, ainsi qu’un récit oral de vos expériences sur ce sujet et de vos suggestions sur de possibles réformes.
  • Vous pouvez demander à ce que votre identité ne soit pas publiée même si elle doit être connue de WATHI ; dans ce cas choisissez un pseudonyme et envoyez une biographie qui donne une idée de votre domaine d’expertise ou de votre activité professionnelle.
  • Vous pouvez soumettre des articles courts (500 à 1000 mots) ou plus longs (1500 à 2000 mots). La taille maximale des contributions est de 2000 mots. Les articles courts ont cependant plus de chances d’être sélectionnés et publiés par le WATHI. Tous les articles doivent être accessibles au grand public, structurés et soignés.
  • Nous vous invitons à accompagner la soumission de votre article d’une biographie de 50 mots maximum et, de préférence, d’une de vos photos de très bonne qualité.
  • Le Débat se passe aussi sur les comptes Facebook et Twitter de WATHI :
 

How to increase youth employment in West Africa?

  • Because West African youth unemployment is already too high.
  • Because West Africa is experiencing a demographic youth bulge. According to
    the Population Reference Bureau (http://bit.ly/1B9Nal3 ), there are over 100
    million youths in West Africa, comprising one third of the population and that
    number is projected to increase to 218 million by 2050. There are 22.6 million
    young Africans who are entering the labor market every year and by 2050 that
    number will increase to 47 million. The young work force should offer
    economic opportunities for West Africa but the youth bulge comes with
    exceptional challenges as well.
  • Because the economic growth of West African countries has never been
    stronger and parallel to this, the nature of youth employment is constantly
    evolving. The lack of job creation is a major constraint on economic growth.
    According to the African Development Bank (AfDB), African countries are
    among the fastest growing economies in the world in 2016 (8.5% for Côte
    d’Ivoire, 6.0% for Nigeria, and 5% for Senegal (http://bit.ly/1Hu9DcT).
  • Because when there are no jobs and there is no hope for a better future,
    youths feel hopeless and it is easier for them to fall under the siren song of
    violence, radicalism, and organized crime. While many violent groups are
    driven by ideology, lack of jobs makes it far easier to recruit new fighters. By
    employing youths in productive economic capacities, we not only grow our
    economies, but also prevent further generations from descending into
    violence.
  • Because the youth of today will be the leaders of tomorrow. Even the welleducated
    can still find themselves stuck in dead end jobs with no prospect of
    using their skill sets. Good entry-level jobs give workers the training required
    to succeed professionally later on in life.
  • Because lack of jobs at home encourages many youths to brave a probable death to search for employment abroad. These are often the youths who have worked in the informal sector at home. Keeping our youth in West Africa can be potentially lifesaving.
  • Because youth unemployment is not just a problem with West Africa and that the strategies used here can be used to fight youth unemployment worldwide. High youth unemployment can be found all across the income ladder. According to the OECD, in 2013 Italy, Spain, and South Africa all had youth unemployment levels exceeding 50%. In Spain this high unemployment level led to popular protests under the Indignados (Indignant) label which morphed into the Podemos (We Can) party and is now the third largest party in the Spanish Parliament.
  • Government and Macroeconomic Factors
  • Are there any structural factors in the economy leading to permanently high unemployment rates? If so, what can be done to change them?
  • Are West African countries pursuing national economic growth strategies that will lead to lower youth unemployment?
  • Is there a national strategy to fight youth unemployment and how can publicprivate partnerships be enlisted to work on that goal? What are the current public policies of job creation in the countries of the region?
  • What are the actual organizations (international and national organizations) dedicated to ending youth unemployment and how effective are they, how can they better do their jobs?
  • What are the sectors of the economy that are starving for workers and what
    can be done to orient youth towards employment in those sectors? Are there
    any sectors of the economy with a high youth employment rate and can
    governments transfer those models to other sectors?
  • How can employment laws be changed to make it easier to hire younger workers?
  • Are there any international factors that prohibit governments from tackling youth unemployment?
  • Is the private sector following through with its role as the primary job creation engine for the economy and what policies could encourage private enterprises to do more for training and employment of the youths? ///
  • Corruption in the education system: the purchase of diplomas and student assessment scores; the sale of examination subjects; the practice of sexual favors in return for good grades in high schools and universities.
  • The impact of the grand corruption in the economies of the region: corruption involving multinational and other large local and foreign companies; corruption in calls to tender and procurements; actual destinations and beneficiaries of the proceeds from corruption.
  • Assessment of current means and measures to fight against corruption in the countries of the region; the existing mechanisms and protocols of regional organizations and their effectiveness; good and bad examples in the region regarding anti-corruption efforts, the constraints and limitations of recent initiatives.
  • Identification of the priority measures and reforms in the fight against corruption; operational measures that can be taken immediately in the countries of the region; the distribution of tasks and responsibilities in the collective effort, civic actions at the country and regional levels that can have a positive impact on the fight against corruption..
  • Contributions by experts of the issues discussed are welcome but observations, testimonies, opinions and proposals from all citizens are equally so.
  • We particularly welcome articles that refer to one or more specific countries, are based on concrete examples and include recommendations for action and reform.
  • You are invited to submit a short audio or video interview, or oral narrative detailing your experiences about this theme while outlining concrete policy steps that can be done as well.
  • You can submit short articles (500-1000 words) or longer ones (1500-2000 words). Although the maximum length of a contribution is 2000 words, short articles are more likely to be selected and published. All articles must be accessible to the general public, well written and structured.
  • We invite you to send a biography of 50 words, and preferably one of your pictures of very good quality along with your article submission.
 

SYNTHÈSE DU DÉBAT

SUMMARY OF THE DEBATE

Les commentaires Facebook

Autres commentaires 

Aller sur la page Facebook


Les Wathinotes sont soit des résumés de publications sélectionnées par WATHI, conformes aux résumés originaux, soit des versions modifiées des résumés originaux, soit des extraits choisis par WATHI compte tenu de leur pertinence par rapport au thème du Débat du mois. Lorsque les publications et leurs résumés ne sont disponibles qu’en français ou en anglais, WATHI se charge de la traduction des extraits choisis dans l’autre langue. Toutes les Wathinotes renvoient aux publications originales et intégrales qui ne sont pas hébergées par le site de WATHI, et sont destinées à promouvoir la lecture de ces documents, fruit du travail de recherche d’universitaires et d’experts.


The Wathinotes are either original abstracts of publications selected by WATHI, modified original summaries or publication quotes selected for their relevance for the theme of the Debate of the Month. When publications and abstracts are only available either in French or in English, the translation is done by WATHI. All the Wathinotes link to the original and integral publications that are not hosted on the WATHI website. WATHI participates to the promotion of these documents that have been written by university professors and experts.


0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

On vous répondra dès que possible

En cours d’envoi

©2017 WATHI Think Tank Citoyen de l'Afrique de l'Ouest -  Mentions légales   -  Charte du Wathi

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account