Avril/Juin 2017

L’initiative Débat de WATHI bénéficie du soutien financier de la Fondation Open Society Initiative for West Africa.

En savoir plus

WATHI compte sur votre générosité pour continuer sa mission au service de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique.

En savoir plus

Comment améliorer la gouvernance et l’efficacité des organisations régionales ouest-africaines ?

  • Parce que le vaste espace aujourd’hui occupé par les Etats d’Afrique de l’Ouest et en partie par ceux d’Afrique centrale et du Nord a toujours été un espace de circulation de personnes, de biens, de services, d’idées, de pratiques culturelles, économiques, politiques et sociales et qu’aujourd’hui plus que jamais, personne ne conteste la nécessité d’approfondir l’intégration africaine dans toutes ses dimensions pour améliorer le bien-être individuel et collectif des populations.
  • Parce que les organisations régionales (parfois appelées sous-régionales) sont les institutions qui incarnent cette volonté d’intégration dans différents domaines non seulement politiques et économiques mais aussi techniques, et que la qualité de leur gouvernance détermine au moins en partie les progrès, les échecs, les retards et les difficultés observables dans l’atteinte des objectifs d’intégration fixés par les Etats.  
  • Parce que les citoyens des pays membres de ces nombreuses organisations régionales méconnaissent généralement leurs mandats, leurs principes de fonctionnement, leurs accomplissements, leurs défis ; un manque d’information qui n’est pas de nature à renforcer la légitimité de ces organisations  auprès des populations censées être les ultimes bénéficiaires de leurs activités.  
  • Parce que l’on entend souvent de fortes critiques des citoyens dans tous les pays sur le manque d’efficacité des organisations régionales dans la mise en œuvre de leurs mandats, sur l’absence de transparence dans leur gouvernance interne, sur le bilan mitigé de leurs actions concrètes, sur leur incapacité à exercer pleinement leurs mandats dans les limites fixées par leurs textes fondateurs et avec un minimum d’autonomie par rapport aux décideurs politiques nationaux.
  • Parce que la plus grande organisation de la région et la plus connue, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), met en avant désormais l’intégration des peuples et par les peuples pour s’éloigner de la perception par les populations d’une intégration régionale qui ne concernerait que les Etats à travers la solidarité de leurs dirigeants.
  • Parce que de nombreuses organisations régionales dotées de mandats spécifiques dans des domaines très importants comme la santé,  l’éducation, la recherche scientifique, l’environnement, l’agriculture, la gestion monétaire, sont peu connues des citoyens et donc aussi peu invitées à rendre compte de leurs activités et de l’utilisation des ressources qui leur sont allouées.
  • Parce que la relance de débats importants comme celui concernant l’avenir des francs CFA, en usage entre autres dans les pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), pose également la question du chevauchement d’organisations régionales dotées de mandats similaires d’intégration économique et oblige à une réflexion sur l’avenir des cadres actuels.
  • Parce que le continent africain en forte croissance démographique a besoin, pour faire face aux défis économiques, politiques, sécuritaires, culturels et sociaux à venir, d’organisations régionales performantes, exemplaires dans  la gestion de leurs ressources humaines et financières, réalistes dans leurs ambitions et ouvertes à une évaluation régulière de leurs contributions à l’intérêt général des populations de la région.
  • Quelles sont les organisations régionales les plus connues par les populations dans la région ?
  • Quelles sont les organisations régionales perçues comme étant les plus utiles et les plus efficaces dans l’accomplissement de leurs mandats ?
  • Quels sont les principes et les organes de gouvernance des organisations régionales ?
  • Quelle est l’ampleur des influences nationales sur la gouvernance des organisations régionales ?   
  • Quels sont les budgets alloués aux organisations régionales et quels sont leurs modes de financement ?
  • Quel est le degré de dépendance des organisations régionales par rapport aux sources de financement extérieures à la région et au continent africain ?
  • Quels sont les bons et les mauvais exemples en matière de transparence des organisations régionales et de reddition de comptes ?
  • Que disent les documents d’évaluation, les audits et autres rapports sur la gouvernance et l’efficacité des organisations régionales ?
  • Quel est le bilan des organisations régionales dans la prévention et la résolution des conflits armés et des crises politiques dans la région ?
  • Que penser de la multiplication des organisations régionales et sous-régionales en Afrique de l’Ouest (CEDEAO versus UEMOA, Conseil de l’Entente, Union des pays du Fleuve Mano, G5 Sahel, etc.)  
  • Quel est le bilan des organisations régionales dans les domaines de l’intégration économique et monétaire, du développement du commerce intra-régional,  du développement des infrastructures à vocation régionale et des industries ?
  • Quelles sont les contributions d’institutions comme le Parlement de la CEDEAO et la Cour de Justice de la CEDEAO à l’intégration et au contrôle citoyen de l’action des organisations régionales et des Etats membres ?
  • Quel est l’intérêt des sociétés civiles ouest-africaines pour la supervision de l’activité des  organisations sous régionales ?
  • Quelles sont les organisations régionales qui disposent de politiques de ressources humaines transparentes et modernes et qui développent des capacités d’analyse stratégique au service de l’ensemble de la région ?
  • Quels sont les rapports entre les organisations régionales ouest-africaines  et les organisations équivalentes dans les autres régions africaines, notamment l’Afrique centrale ?
  • Les organisations régionales sont-elles un frein ou une étape indispensable dans la marche vers l’intégration africaine ?
  • Les contributions des experts des questions débattues sont bienvenues mais les observations, témoignages, points de vue et propositions de tous les citoyens le sont tout autant.
  • Nous souhaitons recevoir en particulier des articles qui font référence à un ou des pays précis, s’appuient sur des exemples et qui font émerger des propositions de réforme.
  • Vous êtes également invités à envoyer une courte interview audio/vidéo, ainsi qu’un récit oral de vos expériences sur ce sujet et de vos suggestions sur de possibles réformes.
  • Vous pouvez demander à ce que votre identité ne soit pas publiée même si elle doit être connue de WATHI ; dans ce cas choisissez un pseudonyme et envoyez une biographie qui donne une idée de votre domaine d’expertise ou de votre activité professionnelle.
  • Vous pouvez soumettre des articles courts (500 à 1000 mots) ou plus longs (1500 à 2000 mots). La taille maximale des contributions est de 2000 mots. Les articles courts ont cependant plus de chances d’être sélectionnés et publiés par le WATHI. Tous les articles doivent être accessibles au grand public, structurés et soignés.
  • Nous vous invitons à accompagner la soumission de votre article d’une biographie de 50 mots maximum et, de préférence, d’une de vos photos de très bonne qualité.
  • Le Débat se passe aussi sur les comptes Facebook et Twitter de WATHI :
 

How to improve the governance and effectiveness of West African regional organizations?

  • Because the large space now occupied by West African States and partly by Central and Northern African States has always been a space for the movement of people, goods, services, ideas, cultural, economic, political and social practices. And today more than ever, no one disputes the need to deepen African integration in all its dimensions in order to improve the individual and collective well-being of the populations.
  • Because regional organizations (sometimes called sub-regional) are the institutions embodying the will to bring about integration in political, economic as well as technical domains, and the quality of their governance determines, at least in part, the progress, failures, delays and observable difficulties in achieving the integration objectives set by the States.
  • Because citizens of the member States of regional organizations are generally unaware of the mandates, operating principles, accomplishments and challenges of these organizations, which is not likely to strengthen their legitimacy among those who are supposed to be the ultimate beneficiaries of their activities.
  • Because there is often strong criticism from citizens in all countries about the ineffectiveness of regional organizations in implementing their mandates, the lack of transparency in their internal governance, the underwhelming results of their actions, their inability to fully exercise their mandates within the limits set by their founding texts and with a minimum of autonomy from national policy makers.
  • Because the largest and most well-known organization in the region, the Economic Community of West African States (ECOWAS), is now promoting the integration of people by people to move away from the perception that the populations have that regional integration only concerns the States through the solidarity of their leaders.
  • Because many regional organizations with specific mandates in very important areas such as health, education, scientific research, environment, agriculture, monetary management, are little known to the citizens and therefore rarely invited to report on their activities and the use of the resources allocated to them.
  • Because the revival of important debates such as the future of the CFA franc, also used in countries in the West African Economic and Monetary Union (UEMOA), also raises the question of overlapping regional organizations which have similar mandates for economic integration and calls for a reflection on the future of the current frameworks.
  • Because in order to face the economic, political, security, cultural and social challenges ahead, the African continent, which is experiencing strong population growth, needs efficient regional organizations that are exemplary in managing their human and financial resources, realistic in their ambitions and open to regular evaluation of their contributions to the general interest of the populations of the region.
  • What regional organizations are best known to the people in the region?
  • What regional organizations are perceived to be most useful and effective in fulfilling their mandates?
  • What are the principles and governing bodies of regional organizations?
  • What is the extent of national influences on the governance of regional organizations?
  • What are the budgets allocated to regional organizations and how are they funded?
  • How dependent are regional organizations on sources of funding outside the region and the African continent?
  • What are the good and bad examples of transparency and accountability in regional organizations?
  • What do the evaluation documents, audits and other reports on the governance and effectiveness of regional organizations reveal?
  • What is the track record of regional organizations in preventing and resolving armed conflicts and political crises in the region?
  • What to think of the multiplication of regional and sub-regional organizations in West Africa (ECOWAS versus UEMOA, Council of the Entente, Union of the Mano River countries, G5 Sahel, etc.)
  • What is the track record of regional organizations in the areas of economic and monetary integration, development of intra-regional trade, and development of regional infrastructure and industries?
  • How do institutions such as the ECOWAS Parliament and the ECOWAS Court of Justice contribute to the integration and civic control of the action of regional organizations and their Member States?
  • What is the interest of West African civil societies in supervising the activities of sub-regional organizations?
  • Which regional organizations have transparent and modern human resources policies and develop capacities for strategic analysis for the whole region?
  • What is the relationship between West African regional organizations and equivalent organizations in other African regions, including Central Africa?
  • Are regional organizations an obstacle or an indispensable step toward African integration?
  • Contributions by experts in the issues discussed are welcome. So are observations, accounts, opinions, and recommendations from all citizens.
  • We particularly welcome articles that refer to one or more specific countries, are based on concrete examples and include recommendations for action and reform.
  • You can submit short articles (500-1000 words) or longer ones (1500-2000 words). Although the maximum length of a contribution is 2000 words, short articles are more likely to be selected and published by WATHI. All articles must be accessible to the general public, well written and structured.
  • Without having to write a structured article, you can send your comments, observations,  and recommendations to infowathi@wathi.org. The most relevant contributions will be  published on the website.
  • You can also submit a short audio or video recording to share your experiences and concrete reform proposals.
  • We invite you to send your article with a 50-word biography and preferably a good picture of yourself.
 

Aller sur la page Facebook

WATHI sélectionne des commentaires relatifs au débat provenant de sa page Facebook.
Les points de vue des internautes, exprimés dans le langage particulier des réseaux sociaux, sont reproduits fidèlement et ne font l’objet d’aucune modification.


Les points de vue des internautes, exprimés dans le langage particulier des réseaux sociaux, sont reproduits fidèlement et ne font l’objet d’aucune modification.


Les Wathinotes sont soit des résumés de publications sélectionnées par WATHI, conformes aux résumés originaux, soit des versions modifiées des résumés originaux, soit des extraits choisis par WATHI compte tenu de leur pertinence par rapport au thème du Débat du mois. Lorsque les publications et leurs résumés ne sont disponibles qu’en français ou en anglais, WATHI se charge de la traduction des extraits choisis dans l’autre langue. Toutes les Wathinotes renvoient aux publications originales et intégrales qui ne sont pas hébergées par le site de WATHI, et sont destinées à promouvoir la lecture de ces documents, fruit du travail de recherche d’universitaires et d’experts.


The Wathinotes are either original abstracts of publications selected by WATHI, modified original summaries or publication quotes selected for their relevance for the theme of the Debate of the Month. When publications and abstracts are only available either in French or in English, the translation is done by WATHI. All the Wathinotes link to the original and integral publications that are not hosted on the WATHI website. WATHI participates to the promotion of these documents that have been written by university professors and experts.


CONTACTEZ NOUS

On vous répondra dès que possible

En cours d’envoi

©2017 WATHI Think Tank Citoyen de l'Afrique de l'Ouest -  Mentions légales   -  Charte du Wathi

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account