INITIATIVE ARTISTES ENGAGES

Pour commencer cette année 2017, WATHI vous propose une initiative sur les artistes engagés de la région. L’engagement, le don de soi pour la cause commune peuvent se faire sous plusieurs formes. WATHI a l’ambition à travers cette initiative, et en accord avec sa mission, de vous plonger dans l’univers des artistes (musiciens, cinéastes, graffeurs) de la région. Ces artistes à travers leurs talents, leur voix, la diversité de leurs moyens d’expression, l’intensité de leurs passions, participent à leur manière à la consolidation des Etats, des institutions et des sociétés de l’Afrique de l’ouest. Les artistes engagés sont aussi l’expression de la vitalité culturelle africaine indissociable de toutes les autres dimensions essentielles pour le bien-être présent et futur des populations.

Burkigraff

Fasograff est un festival 100% Graffiti initié par l’association «Burkigraff». La première édition a été organisé en mai 2015 à Ouagadougou au Burkina Faso. Cette première édition était placée sous le thème graffiti pour la paix. Du 1er au 03 mai 2015, se sont déroulés les ateliers de formations , et le 4 mai a marqué la phase de démarrage des performances graffiti. Les festivaliers « graffeurs » ont marqué de leurs empreintes les murs d’un lycée par des messages et images fortes prônant la paix dans un Burkina Faso post insurrectionnel. Le Fasograff a pour objectif, de réaliser des fresques murales dans différents localités de Ouagadougou avec des Graffiti qui sensibilisent et qui pourraient contribuer à la Paix au Burkina Faso.

Source: Droit Libre TV

Festival Fasograff: des graffiti pour alerter les consciences

Wide Open Walls

Wide Open Walls was founded by Lawrence Williams, one of the owners of Makasutu, a conservation project home to a set of magnificent river lodges at Mandina in The Gambia, West Africa. The area surrounding Makasutu is home to a number of small villages falling under the Ballabu conservation project, set up to conserve the natural and cultural beauty of the area. Lawrence, a keen artist, began working with local artist Njogu Touray on murals within these communities and began to see the potential to expand the project into something more, something lasting that could both function as a valid art installation in itself and at the same time a means to generate income for the rural communities who host the artwork. Wide Open Walls is a democratic and interactive street art project bringing artist of the world to celebrate through art, all good things in life, environmental awareness, peace, love and respect for our cultural values.

Wide Open Walls: Makasutu 2010

Alphanso Appleton

Alphanso Appleton, a local, a surfer, and now an activist uses graffiti to give his country a meaningful facelift. Appleton’s painting is part of a first-of-its kind art project that took root in Robertsport, Liberia, in June. It began when a group of locals, who, led by Appleton, repainted internationally acclaimed artwork on war-ravaged spaces around the town. And the project is unique in that none of them are artists — at least, not in the traditional sense. Prior to the civil war, [Liberia] was a very loving country and a peaceful land,” says Appleton. “But then the war came, people died and a lot of buildings were destroyed.” The colorful anomalies quickly became popular attractions, as locals came by to admire them. Many took selfies, which quickly turned up on Facebook in people’s profile pictures and cover photos. This press represented small, but significant victories for Appleton, who sees the murals as an emerging point of local pride for the city.

Source : Global Citizen

The Liberia Project’ // Apartial

Osa Seven

Seven grew up in Festac, a lively neighborhood in Lagos where some of his earliest work still marks the walls. Despite the negative connotations surrounding graffiti Seven was undeterred and knew a career in art was his future. He’s made a name for himself as a leading graffiti artist and has created art for big names clients like Guinness and Kia. He now has a new, two-fold agenda: to encourage upcoming artists and to change the perception of graffiti in the minds of Nigerians. His commitment doesn’t end there. He’s partnered with other artists in Lagos to create ‘Art for a cause’ an initiative geared towards injecting creativity into learning spaces for kids. “We visited a couple of schools and we saw the walls were plain and dirty,” he says. “We decided to go to these schools, engage the kids and paint educative artworks on the walls which creates some kind of subconscious and awareness in them.”

Source : CNN

30 seconds of Urban graffiti art by OSA SEVEN

Docta

À 37 ans, Docta est l’un des pionniers du graff au Sénégal. De son vrai nom Amadou Lamine Ngom, il affirme qu’au Sénégal, la pratique est sociale et engagée. « Au Sénégal, ce qui nous intéresse c’est de communiquer avec les gens, on ne pose jamais notre blaze » insiste Docta. En accord avec cet état d’esprit, il consacre une année entière et quelques économies pour fonder l’initiative « Graff et Santé » en 2008, une caravane de soins pour les plus défavorisés. « L’idée est de soigner les corps et les murs » explique le « docteur ». Pendant que les médecins prodiguent des soins, des graffitis sont peints pour sensibiliser le public. Avec des actions comme la caravane « Graff & Santé » et le Festigraff, premier festival de graffiti en Afrique, Docta donne une dimension sociale à une pratique très codifiée et stéréotypée en réunissant des personnes de tous horizons pour aider son voisin, qu’il soit différent ou semblable à nous.

Source : Jeune Afrique

“Graffi Santé” ou quand le graffiti mobilise, soigne et sensibilise

Gaston Kaboré

Gaston Kaboré est un réalisateur burkinabè, né le 23 avril 1951 à Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso. C’est un metteur en scène reconnu dans  l’industrie cinématographique du Burkina Faso. Il a signé la réalisation de plus d’une vingtaine de films de cinéma et de télévision, dont quatre longs métrages de fiction cinéma qui ont tous connus un succès national et international remarquable.   En février 2003, il a fondé “Imagine” (http://www.institutimagine.com/) , un institut de formation continue et de perfectionnement aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel.

Bande annonce de Wend Kuuni

Bande annonce de Buud Yam

Fanta Régina Nacro

Fanta Régina Nacro est née le 4 septembre 1962 à Tenkodogo au Burkina Faso.  Le virus du cinéma l’a conduit à l’Institut africain d’éducation cinématographique de Ouagadougou (INAFEC), la mythique école africaine des métiers du cinéma, qui a vu défiler plusieurs générations de cinéastes africains.

En 1993, elle créé sa propre maison de production: «Les Films du Défi», dont le siège social est à Ouagadougou. Son court métrage «Le Truc de Konaté» (1998), sur la prévention du sida, récompensé dans de nombreux festivals internationaux, dont le Fespaco  en 1999 et le Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand révèle une cinéaste très engagée. Dans la plupart de ses courts-métrages, Fanta Régina Nacro interroge avec humour les traditions de son pays et les relations complexes entre tradition et modernité. 

Liens utiles: http://bit.ly/2mlQRS5     

Bande annonce de Entre nos mains

Bande annonce de La nuit de la vérité

Bassek Ba Kobhio

Avant de se lancer dans le cinéma, Bassek Ba Kobhio a fait des études de sociologie et de philosophie. Il a été le responsable des services de la cinématographie à Yaoundé. En 1991, il tourne  Sango Malo, qui obtient en 1992 le Prix du public au 2e Festival du cinéma africain de Milan, en Italie. Il a créé le festival de cinéma africain « Écrans noirs ».  Bassek ba Kobhio est également écrivain et a publié trois ouvrages : un recueil de nouvelles (Les Eaux qui débordent), un essai (Cameroun, la fin du maquis ?) et un roman (Sango Malo) qu’il a lui-même adapté au cinéma en 1991. Source : africultures.com

Bande annonce de Sango Malo

Bande annonce Le grand blanc de Lambaréné

Jean Pierre Bekolo

Jean Pierre Bekolo est né à Yaoundé au Cameroun le 08 juin 1966. Il a  suivi une formation à  l’Institut ,national de l’audiovisuel à Bry-sur-Marne en France et a étudié la théorie du cinéma avec Christian Metz, un célèbre théoricien français de la sémiologie du cinéma. Jean Pierre Bekolo a  développé une méthode d’enseignement dénommée “Auteur Learning” qu’il expérimente dans les universités noires-américaines.

Le magasine Jeune Afrique présente  l’engagement du cinéaste dans son dossier intitulé les 50 qui feront le Cameroun : «  Dans un Cameroun qui s’interroge sur son avenir politique, le cinéaste a choisi le camp du changement. Sorti en 2013, son dernier film , « Le Président » (  http://bit.ly/2l0afGh )   , critique les trois décennies de présidence de Paul Biya. Une chose est certaine : Jean-Pierre Bekolo entend peser sur le destin de son pays » (http://bit.ly/2l8H81h). Auteur du film documentaire « Le complot d’Aristote »,  Jean Pierre décrit son art en ces termes: « Le cinéma est un langage qui nous fournit des outils pour réinventer notre réalité ».

Bande annonce de Les saignantes

Bande annonce de Quartier Mozart

Omar Leigh

Talking of himself (http://bit.ly/2m2GsM8), Omar Leigh said “My name is Omar Leigh, I am a Fula by tribe and a Gambian by nationality. I was born on the 6 March, 1986 in Ndungu Kebbeh, North Bank Region of the Gambia… I have undergone series of theoretical and practical training on professional audio-visual production and I have represented the Gambia abroad in festivals. I am a Director and Producer of films and documentaries and I am also the founder and CEO of the Tedungal Multimedia Company in the Gambia. I chose my need in life which is filmmaking, mainly to contribute to the socio-economic growth and expansion of the Gambia through filmmaking and I am well prepared for it.”

“Sustainable Agriculture”

Fiona Worlanyo Aku Ansah

Fiona Worlanyo Aku Ansah is an upcoming filmmaker whose short films focus on and challenges social issues within the Ghanaian society. In her award winning short film, Dear Valentine, Aku brings to the fore the issue of lack of toilet facilities in most homes and how impact negatively on the society and relationships.

Source : http://bit.ly/2mK0ZoJ

Bande annonce de Dear Valentine

Frances Bodomo

Bodomo was born in Ghana, raised in Norway and Hong Kong, and educated at Columbia and NYU Tisch film school. Her debut short “Boneshaker” (2013), starring Quvenzhané Wallis as a rambunctious seven-year-old getting the demons out at a tent revival in the Louisiana bayou, is intimate, textured and emotionally volatile—“I wanted to express this feeling of having no place to call home,” she recently said of the film. Her second short, “Afronauts” (2014), was inspired by the true story of the Zambian space program; it’s now being expanded into a feature, and was one of the eight projects selected for the Sundance Institute’s Directors Lab.

Source : http://www.bkmag.com/2016/10/13/30-under-30-filmmaker-frances-bodomo/

Bande annonce de Boneshaker

Cheick Fantamady Camara

Cheick Fantamady Camara disait : « Le cinéma que j’aime, c’est le cinéma divertissant et engagé. » Et il était parvenu à concilier les deux. Cheick Fantamady Camara a un peu moins de 40 ans quand il se forme à l’écriture de scénario et à la réalisation, en France. Il réalise ses premiers courts-métrages au début des années 2000, et en 2007, coup de maître avec « Il va pleuvoir sur Conakry », premier long métrage, prix RFI du public au Fespaco, le festival panafricain du cinéma de Ouagadougou. «Il va pleuvoir sur Conakry » dénonce frontalement l’obscurantisme à travers l’histoire d’un dessinateur, un caricaturiste, que son père, un imam rigoriste, choisit pour lui succéder.
Cheick Fantamady Camara mettra quatre ans à financer son deuxième long-métrage, Morbayassa. Cette course à l’argent l’avait épuisé. Morbayssa, le dernier cri de colère de Cheick Fantamady Camara. Le cinéaste est décédé le 7 janvier 2017.

Source : RFI

Bande annonce Il va pleuvoir sur Conakry

Bande annonce Morybassa

Flora Gomes

Flora (Florentino) Gomes est né en 1949 à Cadique (Guinée Bissau). Il étudie le cinéma à l’Institut cubain des Arts (ICAIC) sous la direction de Santiago Alvarez, et au Sénégal. Puis il travaille comme reporter, attaché au ministère de l’Information. Il est cadreur, directeur de la photographie et cinéaste en Guinée-Bissau. Il co-réalise deux courts métrages “La Reconstruction” et “Anos no oça lura”. En 1987, il réalise son premier long métrage “Mortu nega” qui reçut deux mentions spéciales du jury au Festival de Venise en 1988, puis “Les yeux bleus de Yonta” sélectionné dans la section Un certain regard au Festival de Cannes en 1992. “Po di Sangui” (1996) est son troisième long métrage et “Nha Fala” (2002) est son quatrième long métrage.

Source : Africultures

Bande annonce Nha Fala

Prince S. Jallah

Prince S. Jallah, 26, produced a short documentary called “Self Protection.”  “ I trust myself that I can go out there with a camera, do my editing and make something good,” he says. Now Prince aspires to continue growing as a filmmaker and to work with others to improve society. He recognizes that because many Liberians are illiterate, film represents a powerful way to educate and influence people for the better.

Self Protection

Secret Key

Secret Key, 27, produced a short documentary called “The Visit.” She dreams of becoming “the best female documentary producer in Africa,” she said. “You know, we have a lot of stories to tell in Liberia, so many horrible things that happened to people. I decided to tell my life story so I can let go of it.” Prior to taking up training as a filmmaker, Secret was in the “quick service photo” business, but she decided to work for something more rewarding. She’s especially interested in telling stories about single mothers in Liberia.

The Visit

Helena Chowoe

Helena Chowoe, 31, produced a short documentary called “Survivor,” about a man who lost most of his family to Ebola and came out of the treatment facility alive, but is still facing the scrutiny and fears of his community.

She decided to study film making at LFI in pursuit of a career “that upholds accountability in the film industry.” Her dream is to become a successful filmmaker and to help others learn the craft. She is the mother of two children, a boy and a girl.

Survivor

Souleymane Cissé 

Considéré comme l’un des doyens du cinéma  africain, Souleymane Cissé  a tourné son premier moyen métrage, « Cinq jours d’une vie »  en 1971.   Il  est, depuis 1997, président de l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’Ouest (UCECAO). Deux fois Etalon d’or au Fespaco, il était  également avec son Prix spécial du jury en 1987 pour  le film « Yeelen » le premier cinéaste de l’Afrique noire à avoir été primé sur la Croisette en France.

Jamais, les obstacles ne lui ont fait dévier de sa route : dès son premier film, tourné avec une caméra 16 mm en 1975, il était confronté à la censure. Il a réalisé et diffusé un film qui raconte le drame d’une jeune fille muette, violée et rejetée par sa famille.

Liens utiles: http://rfi.my/29geVDz

Bande annonce de O Ka

Bande annonce de Yeelen

Cheick Oumar Sissoko

Titulaire d’un  DEA en histoire et sociologie africaine et d’un diplôme en histoire et cinéma de l’École des hautes études en sciences sociales, Cheikh Oumar Sissoko a suivi des cours de cinéma à l’École nationale supérieure Louis-Lumière en France. De retour au Mali, il est engagé comme réalisateur au Centre national de la production cinématographique (CNPC). Il y réalise « Sécheresse » et « exode rural.

Président du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI), Cheick Oumar Sissoko est nommé le 16 octobre 2002 ministre de la Culture dans le gouvernement d’Ahmed Mohamed ag Hamani. Le 5 mai 2013, Cheick Oumar Sissoko est élu secrétaire général de la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI). On compte parmi ses réalisations Guimba « Le Tyran », « l’Étalon de Yennenga », « La Genèse », « Battù ». Ces œuvres lui ont valu plusieurs récompenses notamment le  prix spécial du jury au Festival de Locarno, le Prix du meilleur long métrage lors du 6e Festival du cinéma africain de Milan,  l’Étalon de Yennenga au Fespaco, le Prix du meilleur long métrage lors du 10e Festival du cinéma africain de Milan (2000) et le prix RFI Cinéma du public (2001).

la genèse

Bande d’annonce Le rapt à Bamako

Abderrahmane Sissako dit Dramane Sissako

Né le 13 octobre 1961 à Kiffa, en Mauritanie, il grandit au Mali avant de faire ses classes de cinéaste à Moscou. Lauréat de plusieurs prix dont le césar du meilleur réalisateur  en 2015 avec le film « Timbuktu », Dramane Sissako est très engagé dans les thèmes relatifs à l’exil, le déplacement, la pauvreté et les relations entre l’Afrique avec le reste du monde.

Il est l’auteur de plusieurs films : « Le procès de la banque mondiale », « Bamako » et « Timbuktu ».

Liens utiles: http://bit.ly/2mlP1QU

Bande annonce de Timbuktu

Bande annonce de Bamako

Tunde Kelani

Tunde Kelani (born 26 February 1948), popularly known as TK, is a Nigerian filmmaker, storyteller, director, photographer, cinematographer and producer. In a career spanning more than four decades, TK specialises in producing movies that promote Nigeria’s rich cultural heritage and have a root in documentation, archiving, education, entertainment and promotion of the culture. His work, “Dazzling Mirage” (http://bit.ly/2lGttih), an adaptation from a novel by Olayinka Egbokhare, is a love story of how a sickle-cell (http://bit.ly/2llwwQD) suffer overcomes social stigma, prejudice and her own low self-esteem, to achieve success, marriage and motherhood. Through the movie, he hopes to bring much needed awareness and attention to the sickle-cell condition and help people make better informed decisions.

Bande annonce de Maami

Stephanie Linus

Stephanie Linus (born Stephanie Onyekachi Okereke, 2 October 1982) is a Nigerian actress, film director and model. She has received several awards and nominations for her work as an actress.  The actress’ self directed film “Dry” was named Best Overall Movie Africa at the prestigious ceremony in Lagos on Saturday, March 5. In her acceptance speech Linus said the film was dedicated to women without voices and going through issues like underage marriages and VVF. The film tells the story of a teenage girl who is forced to marry a man four times her age.

Stephanie Linus won best overall movie in africa

Ousmane Sembène

Ousmane Sembène est né le 1er janvier 1923 à Ziguinchor au Sénégal dans l’ancienne Afrique-Occidentale française. Il est mort le 9 juin 2007 à Dakar, Sénégal. Ousmane Sembène est écrivain, réalisateur, acteur et scénariste. Il  est l’auteur de plusieurs ouvrages : « Le dernier de l’empire » (2 tomes), « Le Docker noir », «L’harmattan», «Les Bouts de bois de Dieu», « Niiwam », « o pays, mon beau peuple »,« Les livres Voltaïque ». Son livre « Xala » a été adapté plus tard au cinéma.

Considéré comme l’un des scénaristes majeurs africains, on compte parmi ses réalisations « L’Empire Sonhrai » (1963), « Mandabi » (1968), « Ceddo » (1976), « Camp deThiaroye »(1989), « Gelwaar » (1992) et « Moolaade » (2003). Connu comme le père du cinéma africain dans le monde, Ousmane Sembène est plusieurs fois primé pour son art au niveau international. Il a reçu le prix Jean-Vigo pour le film « la Noire de… » « et le  prix de la critique internationale au Festival de Venise pour le film « mandat ».

Dans ses films,  Il dénonce la pauvreté, la perte des valeurs africaines ainsi que le mimétisme des élites africaines entre modernité et tradition après les indépendances. Son film « Ceddo » sera censuré par  l’ancien président du Sénégal Léopold Sédar Senghor (le motif avancé par les autorités fut une faute d’orthographe). En réalité, l’administration sénégalaise ne voulait pas frustrer les autorités religieuses.

Le film  « Camp de thiaroye »  est un hommage aux tirailleurs sénégalais et une  dénonciation d’un épisode sombre de l’armée française en Afrique pendant la période coloniale. Il  est interdit de projection dans les salles de cinéma en France jusqu’en 1990.

Lien pour aller plus loin http://bit.ly/2lqIcgS

Le xala

Camp de Thiaroye

Alain Gomis

Né d’un père sénégalais et d’une mère française, Alain Gomis suit des études d’histoire de l’art et obtient une maîtrise d’études cinématographiques. Dans le cadre d’ateliers vidéo, il réalise plusieurs reportages sur les jeunes issus de l’immigration, un thème qui lui tient particulièrement à coeur. Alain Gomis tourne ensuite plusieurs courts métrages, dont Tourbillons en 1999, présenté lors de plusieurs festivals en France et à l’étranger. Deux ans plus tard, il passe au long métrage avec L’Afrance, une comédie dramatique, suivi de Petite Lumière. En 2008, il réalise Andalucia, une comédie où il met une nouvelle fois en scène les voyages. En 2010, Alain Gomis revient avec Aujourd’hui, un film poétique qui questionne la mort et notre existence sur terre. Après avoir été auréolé du Grand Prix du Jury (Ours d’argent) à la Berlinale 2017, le film “Félicité” d’Alain Gomis a remporté l’Etalon d’or de Yennenga, ce grand prix du Fespaco décerné lors de la cérémonie de clôture le 4 mars. Le cinéaste Franco-Sénégalais rentre dans l’histoire du Fespaco et devient le deuxième réalisateur après le Malien Souleymane Cissé, à gagner deux fois le grand prix.

Source : Comme au cinéma

Bande annonce de Félicité

Bande annonce de Aujourd’hui

Moussa Touré

Originaire du Sénégal, Moussa Touré commence très jeune sa carrière dans le cinéma en tant que technicien (électricien, assistant réalisateur), pour réaliser son premier court-métrage en 1987, puis son premier long-métrage en 1991, TOUBAB BI, primé de nombreuses fois. En 1987, il crée sa société de production, Les Films du crocodile (Dakar), avec laquelle il finance notamment depuis ses différents documentaires, remarqués et récompensés dans de nombreux festivals. En 1997, il réalise TGV, avec Makéna Diop, Bernard Giraudeau et Philippine Leroy-Beaulieu, véritable succès populaire en Afrique. À ce jour, Moussa Touré a réalisé une dizaine de films, tous genres confondus. En 2002, il initie le Festival «Moussa invite» à Rufisque au Sénégal. Ce festival fait la promotion de documentaires africains réalisés par des Africains. En 2011, le FESPACO (Festival panafricain du Cinéma de Ouagadougou) lui confie la présidence du jury des films documentaires.

Source : Festival de Cannes

Bande annonce La pirogue

Lansana Mansaray

Lansana Mansaray aka Barmmy Boy is a multi-talented director of photography, filmmaker and musician who lives in Freetown Sierra Leone. Barmmy is a founding member and the current production manager at WeOwnTV. He has been honored by the British Council on numerous occasions and has be selected to travel abroad representing the creative youth of Sierra Leone to London, Hull, Copenhagen, Abijan and Accra. Film Credits include YOUTH, (Director/2010), CHARITY 2010 (camera), They Resisted 2011 (Director of Photography) and Disability is Inability (Director of Photography/in production). He has worked as a cameraman and fixer on many award winning international productions including, Decisions (2011), Girl Rising (2013) They Are We (2014) and the Emmy award winning Meet the Africans: Many Rivers to Cross (2013).

My life – Aminata From Freetown

Sorious Samura

Sorious Samura was born on October 27, 1963 in Freetown, Sierra Leone. He is a writer and director, known for Living with Ebola (2014, http://imdb.to/2m2OhkJ), Blood on the Stone (2007, http://imdb.to/2m2hYE9) and The Battle for Africa (2014, http://imdb.to/2mNwr5w). Talking about his documentary on Charles Haffner, the director said An Artist’s Journey “is a feature-length documentary about a celebrated artist in my country who is on a mission to inspire a generation of Sierra Leoneans with a unifying and visionary work of theatre. For me, it is a rare chance to tell a different type of story from Africa, and particularly Sierra Leone – a country that has become a byword for African dysfunction.”

Let Africans Tell Their Own Stories

An Artist’s Journey

Raouf J Jacob
Raouf J. Jacob is a human rights activist and award winning Documentary Filmmaker at Worldwide Cinema Frames. Jacob “Films To Make People Care” about human rights violations and the human condition around the globe. Thirteen years after a vicious civil war forced him to flee his childhood home of Sierra Leone, director Raouf J Jacob’s returns to find meaning in a place once forsaken by the rest of the world and shares his experience through his documentary « A Culture of Silence »
The award winning director is originally from war-torn Sierra Leone, West Africa.

A Culture Of Silence

Angelique Kidjo

Angélique Kidjo est née le 14 juillet 1960 à Ouidah au Bénin. Elle est très impliquée dans l’amélioration de la condition de la femme en Afrique qu’elle considère comme des héroïnes et la scolarisation des jeunes filles. Angélique est au cœur de la problématique des enfants soldats et du paludisme. L’UNICEF l’a nommée ambassadrice itinérante le 25 juillet 2002.

Lien: http://bit.ly/2jBFEPu

Agolo

We are one

Gustave Gnebou Vikey alias GG VIKEY

Gustave Gnebou Vikey alias GG Vikey est un interprète et compositeur béninois. Il est l’auteur de l’album «Chantre de la Négritude» et il est considéré comme « le meilleur poète béninois » des années 60.

Gloire à toi people Africain

Mes frères à l’autre bout

Smokey, Serge Bambara

Rappeur, il est un des fondateurs en 2013 du « Balai Citoyen » un mouvement de lutte pour la liberté et la démocratie au Burkina Faso . Smokey a un réel écho à l’international. L’enfant terrible du pays des hommes intègres a pris part à toutes les révoltes qui ont notamment entraîné la chute de l’ancien président Blaise Compaoré.

Insoumission

Code noir

Karim Sama, alias Sam’s K

Animateur de radio, militant politique engagé, Sam’s K est issu du mouvement de jeunesse de Thomas Sankara. Anti-colonialiste affirmé, il fait partie du mouvement rastafari et sankariste.  Il est également l’un des fondateurs du « Balai citoyen ». Sam’s K s’est engagé au côté du journaliste Nobert Zongo assassiné en 1998 pour la liberté de la presse.

Le jah parle de l’esclavage

Thomas sankara

Lambo Pierre Roger alias Lapiro de Mbanga

Lapiro de Mbanga était un chanteur populaire et farouche opposant à Paul Biya, l’actuel président camerounais. L’artiste est surtout connu pour ses chansons « Pas argent no love », « Mimba we  » ou encore «Constitution Constipée» , titre qui sera censuré par le gouvernement. Ses textes évoquent la misère de la population et dénoncent le pouvoir. Emprisonné de 2008 à 2011 pour sa participation aux « émeutes de la faim », Lapiro nous quitte le 16 mars 2014.

Lien: http://bit.ly/2jBFEPu

Biya must go

Lapiro de Mbanga, Constitution Constipee

Alpha Blondy

Des prises de positions polémiques, un afro-reggae mandingue chanté en dioula (sa langue), français ou anglais et une voix limpide ont fait d’Alpha Blondy l’incarnation d’une jeunesse africaine en pleine effervescence. Ses œuvres dont “ Brigadier Sabari”, un gros tube dénonçant les violences policières dans son pays, restent  des succès incontournables du reggae africain.

France Afrique

Sales racistes

Tiken Jah Fakoly

En 2003, il est contraint de quitter la Côte d’Ivoire suite à des menaces de proches du président Laurent Gbagbo. Révolutionnaire assumé, Tiken est très virulent à l’égard des dirigeants africains surtout dans leurs relations avec l’occident. «Françafrique» ou encore son album « Mangercratie » sont révélateurs du panafricanisme de l’artiste. Porteur de message, il traduit les aspirations de la jeunesse africaine comme en témoigne son dernier album « African Revolution ».

La politique France Africa

Ils ont partagé le monde

Rebellion

Rebellion The Recaller is an artist from The Gambia, Africa. After the hit songs ‘ Ganstalaw’ and ‘Grow With Me’ for German label IMmusic, he released his first album Movin On in 2008 with the same crew.

Take it easy

We Must Rebel (Gambia)

Killer Ace

Ali Cham, a Gambian rapper popularly known as Killa Ace, has fled the country after he and his family received death threats via phone from the dreaded National Intelligence Agency (NIA).The threat on Cham’s life follows the release of a song on June 23 about the human rights abuses by President Yahya Jammeh’s government. The song decried the censorship and violations against journalists, religious leaders, human rights activists and citizens.
http://www.freedomnewspaper.com/gambian-rapper-ali-cham-aka-killer-ace-flees-after-receiving-death-threats/

Ku Boka C Geta G

Deka B Ma Kor Morm

Rokia Traoré

Artiste compositeur, protectrice du droit à la culture et à la liberté, elle est très engagée dans la résolution du conflit dans son pays et dénonce les guerres fratricides. Elle est l’initiatrice de la fondation “Passerelle” qui vise de soutenir le processus d’organisation et de développement de l’économie de la musique et des arts au Mali (http://www.fondationpasserelle.com/) . Le 11 mars 2016, Rokia est nommée ambassadrice de bonne volonté de l’ONU auprès des refugiés ( http://bit.ly/2jrNZTk )  . Elle leur a dédié son album intitulé « No Sé ».

No sé

Sabali

Fatoumata Diawara

Fatoumata Diawara (tout le monde l’appelle Fatou) est née en 1982 en Côte d’Ivoire de parents maliens. Dès l’enfance, elle danse dans la troupe de son père ; elle rencontre un grand succès en exécutant l’extravagante danse didadi de Wassoulou, le pays de ses ancêtres au Mali occidental. Auteure-compositrice, guitariste, interprète, danseuse et comédienne, Fatoumata Diawara développe un afro-folk tiré de la musique mandingue, notamment des rythmes et chants wassoulou du Mali, et teinté de blues et de jazz. Militante contre l’intolérance et en faveur de la paix comme en témoigne sa chanson «Kèlè», elle est à l’initiative d’un projet qui réunit d’une seule voix 37 des plus grands artistes musiciens maliens dans «Mali-ko», chanson enregistrée à Bamako en 2012. «Mali-ko» a fait le tour du monde et a porté haut et fort le message de la paix pour le Mali.

Bissa

Mali-Ko

Master Soumy

Ismael Doukouré dit Master Soumy est un artiste rappeur. Considéré comme le plus engagé sur la scène malienne, il est un des rares artistes à aller aussi loin dans la dénonciation des tares réelles de la classe politique malienne. Il fustige également l’accord pour le rapatriement de migrants maliens irréguliers en Europe et les Sommets Afrique-France.

Rappel

In challah

Salif Keita

Chanteur, auteur, compositeur, il est albinos et est engagé sur la question de l’intégration des albinos au Mali ou ils ont considérés comme des « sorciers ». L’un de ses albums phares « La différence » sorti en 2009 est d’ailleurs dédié aux albinos. Il aborde une nouvelle fois dans cet album la situation tragique des albinos en Afrique. En 2001, Il crée sa fondation nommée « Salif Keïta pour les albinos ».

La différence

Sina

Ewlab Leblad

Ewlab Leblad est un groupe de rap engagé politiquement contre l’actuel président de la Mauritanie (http://bit.ly/2jchmrS) . Ils utilisent un style très imagé et symbolique pour dénoncer le partage du pouvoir, l’injustice et l’accaparement des richesses du pays par l’élite. Ils nous parlent de leur combat en ces termes : « Nous sommes en colère, en colère parce que personne ne réagit devant notre injustice, en colère car on nous traite comme des moins que rien alors qu’on était les premiers à avoir cru qu’il y aura un changement, à avoir espéré que celui qui s’est dit « Président des pauvres » allait respecter ses engagements. Nous ne sommes pas les premiers ni les derniers à être tombé dans le panneau. Mais tous ça, c’est fini, nous n’accepterons pas de subir la terreur et les menaces. Et si Dieu le veut, nous retournerons dans notre pays, car il n’est pas plus mauritanien que nous ».

“VABRAKA”

Hiwar

Yacouba Amadou alias Black Mailler

Black Mailler est né le 1er janvier 1973 à Niamey. “Chantre de la démocratie, défenseur de la cause des albinos, promoteur du don du sang… Le reggaeman nigérien ne ménage ni son talent ni son temps pour faire passer ses messages en musique » nous dit Mathieu Olivier de Jeune Afrique. Black Mailer est l’un des précurseurs des mouvements de contestation au Niger. Il s’est engagé contre le « tzartché » le maintien du président au pouvoir.

Lien: http://bit.ly/2jcngZX

Coup de destin

Droits de l’homme

Salim Jah Peter

Salim Jah Peter est un artiste nigérien engagé pour la protection et la préservation de l’environnement. Fondateur de l’association « racine profonde », il lutte pour le développement durable en Afrique. Il considère les déchets comme une « mine d’or, la solution idéale pour le chômage et une matière première pour une entreprise verte.

Lien: http://bit.ly/2jCVyIP

Les vautours

Hold up de pouvoir

Fela Kuti

Fela Kuti est considéré encore aujourd’hui comme le précurseur de la musique engagée dans le continent. Il émerge dans le contexte de la guerre du Biafra et la découverte du pétrole au Nigéria. Homme politique, il est le fondateur du Movement of the People (MOP) et du Young African Pioneers (YAP). Sa virulence envers le pouvoir militaire lui a valu plusieurs séjours en prison et la destruction par un raid militaire de sa maison le « kalakuta ». Son album phare The Zombie reste un classique de la musique africaine engagée. Sa vie et son œuvre sont encore célébrés à travers les « felabration » qui se déroulent chaque année le jour de son anniversaire au Nigéria. Son engagement est perpétré par ses enfants à l’image de Fémi Kuti.

Teacher don’t teach me non sense

Zombie

El hadj Ndiaye

« Son œuvre musicale parle aux cœurs et éveille les esprits. Les sens aussi». Considéré comme un artiste engagé sous plusieurs casquettes, il est musicien et l’auteur du titre « boor yi » qui signifie les dettes en wolof. Les dettes « asphyxient d’avantage qu’elles ne tirent du péril ». Acteur de cinéma, il parle de sa musique en ces termes : « Je n’ai jamais été tenté par la chanson laudative. Je ne fais pas grief de cela aux musiciens qui y trouvent leur bonheur. Ma conviction est que le rôle de l’artiste est éminemment social ». L’originalité de son concept « chant aux champs » témoigne d’une singulière et d’une vision pratique de l’Homme et de la réalité vécue par ses concitoyens.

Lien: http://bit.ly/2jCNNTe

Boor yi

Bonjour

Didier Awadi

Didier Awadi est l’un des précurseurs du mouvement hip hop au Sénégal. Artiste panafricaniste engagé, sa référence est l’ancien président burkinabé Thomas Sankara. Didier est impliqué dans les combats des mouvements sociaux au Sénégal, au Burkina ou encore lors du printemps arabe.

J’accuse

Le cri du peuple

Ingamadji Mujos Némo alias Mujos

Porte-drapeau de la musique tchadienne le « Dala », Mujos est l’auteur de plusieurs albums tels que « Virginie », « Offensive Dala » avec un succès international. Artiste engagé, homme de convictions, enthousiaste et très attaché au panafricanisme, le musicien utilise son art comme arme de combat pour la liberté, la démocratie et la solidarité entre les peuples…Conditions nécessaires pour bâtir une Afrique digne et prospère. “Notre continent a tant besoin de tous ses fils” dit-il. Son nouvel album s’intitule “Intar Afrika”.

Lien: http://bit.ly/2jD5bHz

Enfant de la rue

Peuple Africaine

CONTACTEZ NOUS

On vous répondra dès que possible

En cours d’envoi

©2017 WATHI Think Tank Citoyen de l'Afrique de l'Ouest -  Mentions légales   -  Charte du Wathi

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account