Juillet – Septembre 2017

debat_agriculture

L’initiative Débat de WATHI bénéficie du soutien financier de la Fondation Open Society Initiative for West Africa.

En savoir plus

WATHI compte sur votre générosité pour continuer sa mission au service de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique.

En savoir plus

Comment développer une agriculture productive et responsable en Afrique de l’Ouest?

  • Parce que 60 % des terres arables inexploitées dans le monde se trouvent en Afrique. Seulement 25% des terres arables étaient cultivées en 2005 en Afrique de l’Ouest. Le rendement agricole en Afrique de l’Ouest est encore faible par rapport aux niveaux nécessaires pour faire face à la demande qui sera de plus en plus importante. La population de l’Afrique de l’Ouest devrait passer de 290 millions de personnes à plus de 400 millions en 2020, et 500 millions en 2030.
  • Parce que 95% de la culture agricole africaine est pluviale. La gestion de l’eau est un élément important dans l’agriculture. Le rendement agricole est largement tributaire de la maîtrise de l’eau et des techniques d’irrigation. L’Afrique de l’Ouest dispose de 28 bassins fluviaux transfrontaliers. (Source).
  • Parce que la terre constitue la première richesse du paysan et la sécurisation du foncier est un défi majeur dans la région. Entre 1 et 3% seulement des territoires des États ouest-africains étaient détenus en vertu d’un titre de propriété en 2002. (Source)
  • Parce que l’exploitation familiale est fortement dépendante de la participation des femmes qui ont un rôle essentiel dans la production vivrière et dans la stabilisation des ménages en milieu rural. Elles n’ont pas un accès complet aux ressources et aux services de base. Selon l’Organisation des Nations unies, les rendements des exploitations agricoles pourraient augmenter de 20 à 30% si le système d’attribution des ressources productives n’avaient pas été discriminatoires envers les femmes.
  • Parce que la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire demeurent des défis majeurs pour les pays de l’Afrique de l’Ouest. 54% des Ouest-Africains vivent en dessous du seuil de pauvreté et la région a connu de nombreuses famines et crises alimentaires depuis les indépendances.
  • Parce que le secteur agricole participe pleinement à la croissance économique d’un pays. Une agriculture performante permet la création et le développement de plusieurs autres secteurs productifs (expansion du secteur tertiaire, des transports routiers et des réseaux commerciaux et bancaires). Des revenus agricoles croissants provoquent aussi l’ouverture de marchés locaux et régionaux qui seront propices à la création d’unités industrielles, au développement des exportations vers des marchés étrangers.
  • Parce que le secteur agricole a un fort potentiel en termes de création de richesse et d’emplois. Un Africain sur trois travaille plus ou moins directement dans la filière agricole. Ce secteur concerne 60% de la population active en Afrique de l’Ouest. Les partenaires extérieurs, les institutions financières et les investisseurs étrangers soutiennent de plus en plus le secteur agricole des pays de la région. Le développement de l’agriculture fait partie des cinq nouvelles grandes priorités de la Banque africaine de développement (BAD), dirigée par un ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria.
  • Parce que la transformation des produits agricoles reste un maillon faible pour les économies des pays de la région. L’amélioration de la productivité du secteur passe par la mise en place de chaînes des valeurs agricoles performantes et un développement de l’industrie agroalimentaire dans la région. La forte urbanisation de l’Afrique va correspondre à un accroissement de la demande de produits agricoles de haute qualité peu présents sur le marché local.
  • Parce que le pourcentage du budget national investi par les Etats ouest-africains dans l’agriculture semble faible pour répondre aux défis d’une production suffisante. En moyenne, les pays africains consacrent seulement 4% de leurs dépenses budgétaires à l’agriculture, contre 14% en Asie (http://bit.ly/2sy3hxu). La Déclaration de Maputo (Mozambique) de 2003 a engagé tous les Etats membres de l’Union africaine à accroître leurs investissements dans le secteur de l’agriculture, à hauteur de 10% au moins de leur budget national.

Facteurs de production

  • Agriculture et politique foncière
  • Agriculture et participation des femmes
  • L’économie de l’eau dans l’agriculture
  • agriculture irriguée
  • agriculture pluviale
  • Agriculture et formation de la main-d’oeuvre
  • Types de productions agricoles en Afrique de l’Ouest
  • Outils et techniques agricoles en Afrique de l’Ouest
  • Le rôle de la recherche et la vulgarisation des techniques agricoles
  • Innovations technologiques dans la production agricole (ex: place des Technologies de l’information et de la communication)
  • Agriculture et préservation de l’environnement
  • Agriculture urbaine
  • Agriculture et adaptation au changement climatique
  • Finance rurale et agricole

Transformation de l’agriculture

  • Transformation de l’agriculture ouest-africaine et rôle des exploitations familiales
  • Industries agroalimentaires
  • Agriculture et entrepreneuriat
  • Agriculture et emploi des jeunes
  • Financements et investissements privés, publics et étrangers de l’agriculture

Commercialisation des produits agricoles et diversité des marchés

  • Commerce intra-régional
  • Importations et exportations agricoles
  • Utilisation des technologies de l’information et de la communication dans la commercialisation
  • Valorisation des produits locaux à l’étranger

Politiques agricoles nationales et régionales

  • Politiques et stratégies nationales de développement de l’agriculture
  • Infrastructures rurales et développement agricole
  • Agriculture, sécurité alimentaire et santé publique
  • Protection des marchés intérieurs des produits agricoles
  • Spécialisation et filières agricoles des pays de l’Afrique de l’Ouest
  • Implication des organisations régionales dans le secteur agricole
  • Agriculture et gestion des conflits locaux autour des ressources naturelles
  • Harmonisation des politiques agricoles en Afrique de l’Ouest
  • Politique agricole de l’UEMOA et de la CEDEAO
  • L’agriculture, facteur de renforcement de l’intégration régionale

  • Les contributions des experts des questions débattues sont bienvenues mais les observations, témoignages, points de vue et propositions de tous les citoyens le sont tout autant.
  • Nous souhaitons recevoir en particulier des articles qui font référence à un ou des pays précis, s’appuient sur des exemples et qui font émerger des propositions de réforme.
  • Vous êtes également invités à envoyer une courte interview audio/vidéo, ainsi qu’un récit oral de vos expériences sur ce sujet et de vos suggestions sur de possibles réformes.
  • Vous pouvez demander à ce que votre identité ne soit pas publiée même si elle doit être connue de WATHI ; dans ce cas choisissez un pseudonyme et envoyez une biographie qui donne une idée de votre domaine d’expertise ou de votre activité professionnelle.
  • Vous pouvez soumettre des articles courts (500 à 1000 mots) ou plus longs (1500 à 2000 mots). La taille maximale des contributions est de 2000 mots. Les articles courts ont cependant plus de chances d’être sélectionnés et publiés par le WATHI. Tous les articles doivent être accessibles au grand public, structurés et soignés.
  • Nous vous invitons à accompagner la soumission de votre article d’une biographie de 50 mots maximum et, de préférence, d’une de vos photos de très bonne qualité.
  • Le Débat se passe aussi sur les comptes Facebook et Twitter de WATHI :

 

How to develop a productive and responsible agriculture in West Africa?

  • Because 60% of the unexploited cropland in the world is found in Africa. In 2015, only 25% of the arable lands were cultivated in West Africa. The region’s agricultural performance is  very low compared to the increasing demand in West African countries. In fact, West African population is projected to rise from 290 million to more than 400 million in 2020, and 500 million in 2030.
  • Because the agricultural sector has a strong potential in terms of wealth and employment creation. 1 in 3 African works more or less directly in the agricultural sector. It concerns 60% of the active population in West Africa. Foreign partners and investors, financial institutions support the region’s agricultural sector. The agriculture’s development is part of the 5 new top priorities of the African Development Bank, directed by a former Nigeria’s Minister of Agriculture and Rural Development.
  • Because fighting poverty and food insecurity remain major challenges for West African countries. 54% of people in the region live below the poverty line. The region has experienced many famines and food crisis since independence.
  • Because land is the peasant’s primary wealth and securing land is a major challenge in the region. Territories of West African States held with a proof of ownership were estimated to be between just 1 and 3 per cent in 2002. (Source)
  • Because 95% of the African agriculture is rain-fed (Source).Water management is a key element in agriculture. Agricultural yield is essentially dependent on water control and irrigation techniques. West Africa owns 28 cross borders watersheds (Source).
  • Because family exploitation is highly dependent on women’s participation. In rural areas, they play a key role in food production and households’ financial stability. They are deprived from a complete access to resources and basic social services. According to the United Nations, agricultural performance could increase from 20 to 30% if the allocation system of productive resources had not been discriminatory towards women.
  • Because agriculture fully participates in a country’s economic growth. A performing agriculture allows the formation and development of many other productive sectors (an expansion of the services sector, infrastructures , commercial and bank networks). Higher agricultural income result in the opening of local and regional markets, which will be suitable for the creation of industrial units, and the increase of exportations towards foreign markets.
  • Because the industrial transformation of agricultural products remains a weakness for the region’s economy. The improvement of agricultural yield requires the implementation of performing agro-value chains and the development of the food industry in the region. Africa’s high urbanization will correlate to an increase in the demand of high-quality agricultural products,which are not very present on the local market at the moment.
  • Because the ratio of national budget invested by West African States in agriculture seems too low to face the challenge of a sufficient production. In average, African countries only dedicate 4% of their budget expenditure to agriculture, compared to 14% in Asia (http://bit.ly/2sy3hxu). The 2003 Declaration of Maputo (Mozambique) engaged all member States of the African Union to increase their investments in the agricultural sector, up to 10% at least of their national budget.

Factors of production

  • Agriculture and land policy
  • Agriculture and women’s participation
  • Water economy in Agriculture
  • irrigated agriculture
  • rain-fed agriculture
  • Agriculture and manpower training
  • Types of agricultural production in West Africa
  • Agricultural tools and techniques in West Africa
  • The role of research and popularization of agricultural techniques
  • Technological innovations in agricultural production (eg. Role of Information and communication technologies)
  • Agriculture and saving the environment
  • Urban agriculture
  • Agriculture and adjustment to climate change
  • Rural and agricultural finance

Transformation of agriculture

  • Transformation of West African agriculture and the role of family exploitations
  • Food Industry
  • Agriculture and entrepreneurship
  • Agriculture and youth employment
  • Finances and private, public and foreign investments in Agriculture

The trade of agricultural products and markets diversification

  • Intra-regional trade
  • Agricultural imports and exports
  • Using information and communication technologies in trading
  • The promotion of local products abroad

National and regional agricultural policies

  • National policies and strategies for agricultural development
  • Rural infrastructures and agricultural development
  • Agriculture, food security and public health
  • The protection of domestic markets of agricultural products
  • Specialization and agricultural industry in West African countries
  • Involvement of regional organizations in the agricultural sector
  • Agriculture and conflicts around natural resources
  • Harmonizing agricultural policies in West Africa
  • WAEMU and ECOWAS agricultural policies
  • Agriculture as a tool of regional integration

  • Contributions by experts in the issues discussed are welcome. So are observations, accounts, opinions, and recommendations from all citizens.
  • We particularly welcome articles that refer to one or more specific countries, are based on concrete examples and include recommendations for action and reform.
  • You can submit short articles (500-1000 words) or longer ones (1500-2000 words). Although the maximum length of a contribution is 2000 words, short articles are more likely to be selected and published by WATHI. All articles must be accessible to the general public, well written and structured.
  • Without having to write a structured article, you can send your comments, observations,  and recommendations to infowathi@wathi.org. The most relevant contributions will be  published on the website.
  • You can also submit a short audio or video recording to share your experiences and concrete reform proposals.
  • We invite you to send your article with a 50-word biography and preferably a good picture of yourself.

 

Aller sur la page Facebook

WATHI sélectionne des commentaires relatifs au débat provenant de sa page Facebook.
Les points de vue des internautes, exprimés dans le langage particulier des réseaux sociaux, sont reproduits fidèlement et ne font l’objet d’aucune modification.

Les points de vue des internautes, exprimés dans le langage particulier des réseaux sociaux, sont reproduits fidèlement et ne font l’objet d’aucune modification.

Les Wathinotes sont soit des résumés de publications sélectionnées par WATHI, conformes aux résumés originaux, soit des versions modifiées des résumés originaux, soit des extraits choisis par WATHI compte tenu de leur pertinence par rapport au thème du Débat du mois. Lorsque les publications et leurs résumés ne sont disponibles qu’en français ou en anglais, WATHI se charge de la traduction des extraits choisis dans l’autre langue. Toutes les Wathinotes renvoient aux publications originales et intégrales qui ne sont pas hébergées par le site de WATHI, et sont destinées à promouvoir la lecture de ces documents, fruit du travail de recherche d’universitaires et d’experts.

The Wathinotes are either original abstracts of publications selected by WATHI, modified original summaries or publication quotes selected for their relevance for the theme of the Debate of the Month. When publications and abstracts are only available either in French or in English, the translation is done by WATHI. All the Wathinotes link to the original and integral publications that are not hosted on the WATHI website. WATHI participates to the promotion of these documents that have been written by university professors and experts.

CONTACTEZ NOUS

On vous répondra dès que possible

En cours d’envoi

©2017 WATHI Think Tank Citoyen de l'Afrique de l'Ouest -  Mentions légales   -  Charte du Wathi

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account